Le Cambouis’ club est toujours au travail.

Ce n’est pas parce qu’il parle peu de lui que ce club ne travaille pas, qu’on se le dise ! Certes il rencontre parfois quelques obstacles dans ses lectures, mais depuis les dernières informations que je vous donnais ici et , il a lu plusieurs livres…

Un professeur de désir.

Je me dis souvent que l’on ne rend pas assez hommage aux personnes qui ont compté et comptent pour nous. Yves Le Pestipon fut un merveilleux professeur, qui renforça mon goût pour la littérature en m’ouvrant de nouveaux horizons. Il est un ami, dont l’intelligence, l’humour et la conversation sont très précieux.

Je l’ai évoqué sur ce blog dans plusieurs billets, à propos de la Place Pinel, de son livre Oublier la littérature ou encore de Giscard!

Je peux encore savourer ses explications, puisqu’il propose, depuis quelques mois, sur Radio Radio Toulouse des commentaires précis de chefs-d’œuvre de la littérature française, et, parfois, des premières phrases qui ne relèvent pas de cette catégorie… On y rencontre par exemple Tartuffe, Guignol’s Band, Du côté de chez Swann, Madame BovaryUbu Roi ou la « GMF » (!). C’est instructif, interrogatif, parfois drôle. Cela permet des aventures aux limites, hors confinements. Pour le lien général vers ces Premières phrases, c’est ici.

On peut également retrouver en podcast les rencontres qu’il anime à la librairie Ombres blanches à Toulouse, les Classiques au détail, lumineuses explications de textes littéraires. Entre autres, La Bruyère, ici.

Enfin, dernière actualité le concernant : il a rédigé la préface du nouveau volume des Fables de La Fontaine en Pléiade.

Je repense parfois à cette formule qu’il citait souvent en classe, La rose est sans pourquoi (Angelus Silesius)…

Je le remercie pour tout cela, et en profite pour lui souhaiter aujourd’hui bon anniversaire !