la-nuit-de-la-lecture_seve-16-9

Nous n’étions pas adoubés par le Ministère de la Culture et de la Communication.

Nous n’étions pas dans une bibliothèque ni une librairie.

Nous n’étions même pas en pyjama.

97822289132871je-veille_300dpi-231x300

Mais nous avons fêté à notre façon la Nuit de la lecture : notre formule habituelle (chacun présentant un livre lui ayant plu) a été remplacée par un ensemble de textes que nous nous offrions.

9782264038562

Chaque personne est venue avec un ou plusieurs textes recopiés ou tapés sur une feuille, glissés dans une enveloppe, et tirés au sort. Chacun a ainsi découvert un texte, ou plusieurs, qu’il a lus à haute voix et avec lesquels il est reparti…

couv_espaces_blancs

Voici les livres dont étaient extraits les textes lus, dans le plus grand désordre : le début de Espaces blancs de Paul Auster, la fin de La vie devant soi de Romain Gary, Le carnet d’or de Doris Lessing, deux passages de Chronique japonaise de Nicolas Bouvier, le début de « Le vent à Djémila » dans Noces d’Albert Camus, Une histoire d’amour et de ténèbres d’Amos Oz, « Je vous souhaite » de Jacques Brel, Tao-tö king de Lao Tseu, « La plus petite tempête de neige jamais recensée » dans Tokyo-Montana express de Richard Brautigan, des poèmes de Anthony Phelps dans Je veille incorrigible féticheur, « De la difficulté qu’il y a à imaginer une Cité idéale » dans Penser/Classer de Georges Perec, Marcher de Henry David Thoreau, « Du français au frenglish » dans Le français en liberté de Patricia Latour et Francis Combes, « Instructions pour monter un escalier » dans Cronopes et fameux de Julio Cortazar, un poème d’Antonio Machado, « Marcheur, ce sont tes traces… »

product_9782070360161_195x320product_9782070385775_195x32051ngdrrywvl-_sx302_bo1204203200_

41jfj2bqmhrl-_sx195_couv_le-francais-en-liberte_combes-latour_imp

Notre prochaine rencontre aura lieu le samedi 25 février (et non plus le 4 mars).

product_9782070423170_195x3201

Marcheur, ce sont tes traces

ce chemin, et rien de plus;

Marcheur, il n’y a pas de chemin,

Le chemin se construit en marchant.

En marchant se construit le chemin,

Et en regardant en arrière

On voit la sente que jamais

On ne foulera à nouveau.

Marcheur, il n’y a pas de chemin,

Seulement des sillages sur la mer.

Antonio Machado

Nous avons eu le plaisir de faire la connaissance de Néhémy Pierre-Dahomey, qui vient de publier son premier roman, Rapatriés : vous trouverez les références utiles ici. Et aussi quelques impressions de lecture dans Livres Hebdo, sur Culturebox, sur le blog de Sandrine, L’Instant livre

9782757851326

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s