product_9782070146376_195x320

J’ai aimé retrouver les mots de Sylvain Tesson après ma découverte cet été de Dans les forêts de Sibérie. C’est cette fois une traversée de la France à pied, d’est en ouest, que propose le voyageur abîmé par sa chute d’un toit en 2014. Le regard porté sur lui-même est ironique et critique. L’envie d’aller de l’avant, forte, impressionnante. Il semble que le voyage peut devenir immobile :

(…) on pouvait s’ouvrir au monde dans le secret d’un jardin, fonder un système de pensée en regardant les herbes, passer à la postérité protégé de la rumeur du monde et développer une philosophie totalisante qui ne propulsait pas l’homme au sommet de toute considération.

Le sens de la formule rend la lecture légère, sautillante. Quelques passages sur le repli et l’éloge de la ruralité déconnectée m’interrogent, mais je reste sensible à celui qui écrit à propos d’un couple normand qui l’accueille :

(…) leur vie paisible et réglée. Celle que je n’arrivais pas à organiser car les jours filaient sans que je parvienne à triompher de la panique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s