20160411_100058_HDR

J’attendais avec une certains impatience ce premier festival de littérature et culture italienne à Paris, Italissimo : je n’ai pu finalement me rendre qu’à la rencontre avec trois écrivains italiens contemporains, mais quelle rencontre !

Giorgio Scianna a parlé de son roman Qualcosa c’inventeremo, traduit aux éditions Liana Levi par Marianne Faurobert On inventera bien quelque chose.

scianna

Texte sur des adolescents qui ont perdu leurs parents et qui vont former à eux seuls une famille un peu spéciale, à deux, dans un temps suspendu dans lequel personne n’ose les bousculer. Eux font tout dans les règles, pour être tranquilles. Ils deviennent adultes en découvrant qu’être grand c’est accepter d’être aidé. A une question sur les filiations littéraires, Giorgio Scianna a dit son admiration pour Beppe Fenoglio.

Marco Missiroli et Giorgio Fontana, très amis, m’ont plu par ce qui transparaissait de leur implication en littérature et dans le monde.

Marco Missiroli a évoqué Atti osceni in luogo privato,  traduit chez Rivages par Sophie Royere Mes impudeurs, texte qui dit l’amour dans son impudeur et sa violence, parfois.

missiroli905-675x905

Il a quant à lui déploré son absence de « pères » dans la littérature italienne -il a mentionné Buzzati et Ammaniti-, et a indiqué avec plus de facilité, côté français, Annie Ernaux ou Michel Houellebecq.

Enfin, Giorgio Fontana s’est exprimé dans un français très précis sur son Morte di un uomo felice, traduit par François Bouchard au Seuil, Mort d’un homme heureux.

201016004-c2ca7c08-4155-4092-a17e-13dfa8a52085

Roman sur les années de plomb par un jeune écrivain -35 ans- qui ne les a pas connues, et qui cherche à revisiter cette époque avec un regard neuf, plus distancié.

Ces trois écrivains ont comme point commun Milan (Pavie pour Giorgio Scianna), ville plus facile que Paris aux yeux de Marco Missiroli car il est plus facile d’y accorder ses brutture-saletés- intérieures. Ils ont tous aussi des liens avec la Scuola Holden, une école de création littéraire qui date de 1994, implantée à Turin.

Hâte de lire leurs textes !

Publicités

3 réflexions sur “Trois voix de la littérature italienne contemporaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s