Dans le poisseux et dans le gris, dans la répétition et le prévisible, dans l’agacement trop vif, malgré tout saisir quelque chose. Un presque rien, un trop peu, mais une miette quand même. Un léger décalage, qui aurait pu passer inaperçu, mais qui s’offre quand même, là, au détour de. Infime mais bien réel.

Il faudrait le recueillir et l’enfermer dans une boîte, le faire pousser dans une serre secrète au fond de son appartement.

Évidemment, on se contentera de le voir -c’est déjà pas si mal- et de ne pas l’oublier.

Publicités

2 réflexions sur “Miette.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s