Beaucoup de pudeur, de justesse, d’humour dans cet album de Luz. Il évoque sa difficulté à revenir au dessin après l’attentat à Charlie hebdo, qui a tué ses collègues et amis, le 7 janvier 2015. (Je n’ai pas fait exprès, mais j’ai lu ce livre hier, le 7 janvier 2016…). Il doit sa vie sauve à son heure de retard, et à l’amour qui l’a retenu au lit avec sa femme, le jour de son anniversaire…

La façon dont il traite le thème de la peur est très réussie, par exemple dans cette séquence intitulée « Ginette », le surnom qu’il a donné à sa boule au ventre…

J’ai ri aux éclats en découvrant la séquence « Roswell », dans laquelle un blogueur qui croit à la théorie du complot pour les attentats de janvier 2015, se dispute avec deux terroristes vexés qu’on leur vole ainsi la vedette… La surenchère absurde dans le dialogue aboutit à quelques répliques hilarantes.

 

couve_catharsis_tel-600x814

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s