J’ai pensé à Nancy Huston en lisant ce roman. J’y ai aimé les histoires de ces femmes de trois générations différentes, toutes vues par une narratrice en proie à l’abandon amoureux de son mari. Narratrice qui réfléchit à intervalles réguliers sur l’œuvre qu’elle est en train de constituer, et qui la relit en écho aux écrits des adolescentes pour lesquelles elle anime un atelier d’écriture.

Tout est à la fois pesé et fluide dans ce texte, qui a délicatement enveloppé mon début de vacances.

un-ete-sans-les-hommesm121484

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s