Moi qui pensais détester les films musicaux, je me suis laissée charmer par Peau d’âne (1970) de Jacques Demy. Il faut dire que je m’étais pas mal ennuyée devant les 2h15 de Mary Poppins (1964) – vu en français, ce qui n’a pas dû arranger les choses…- et j’étais donc plus que préparée!
Couleurs vives éblouissantes : formidables, les chevaux rouges! Les robes que le roi fait fabriquer pour sa fille sont une idée très poétique : la robe couleur du temps, la robe couleur de lune, la robe couleur du soleil! Et le résultat a presque réveillé en moi un goût des beaux chiffons…
J’ai aimé le contraste entre l’amour inconditionnel de la princesse pour son père (qu’elle serait prête à épouser, « il est si gentil! » se désole Catherine Deneuve…) et l’impertinence spirituelle de sa marraine (pétillante Delphine Seyrig).
Les quelques anachronismes (les piles, l’hélicoptère) sont amusants sans être lourds.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s