Lignes de failles, Nancy Huston.

Chers membres du club de lecture,

Quand on commence à parler de « Lignes de faille », je vois bien que les autres en savent moins que moi sur Nancy Huston et son talent, mais pour ne pas leur faire penser que je fais plus que mes six ans, je ne dis rien, ou presque. D’abord il y en a un qui n’est pas venu, il s’appelle Robin je crois, bon d’accord il s’est platement excusé par téléphone mais moi j’aurais préféré qu’il soit là pour dire ce qu’il pensait de ma kippa Stars wars. Une certaine Virginie s’est aussi décommandée à cause d’un rhume et elle je crois qu’elle aurait compris ma superintelligence mes superprojets mes superpouvoirs.

Les grands s’interrogent pour savoir si Nancy n’aurait pas dû faire un retour dans le présent à la fin de son livre, en écrivant une cinquième partie par exemple. Ou du moins que le livre se prolonge encore (exquise ma Nancy), mais d’autres déplorent un texte trop ample et excessif, la facilité du style enfantin, et auraient préféré que les deux premières parties soient moins longues. Y’en a qui apprennent des trucs, c’est déjà ça, comme l’existence des Lebensborn créés par les nazis. Le jeu des indices et des fausses pistes épate la galerie. Puis ça déplaît pas cette façon de présenter le texte comme en poésie, avec un jeu sur les blancs et l’espace de la page -ça, c’est une idée géniale que j’ai soufflée à Nancy… Moi j’ai remarqué qu’au-delà des critiques et des réserves, ils disaient tous que c’était bien construit et bien écrit comme livre.

Un très grand a dit que ma génitrice écrivait comme Philip Roth dans « Portnoy et son complexe » mais en moins bien… moi je dis rien parce qu’il a l’air baraqué mais faut pas exagérer quand même…

Puis ils ont cité d’autres références que j’ai fait semblant de pas comprendre pour n’embarrasser personne. C’est vrai qu’à présent je ne m’en souviens plus très bien malgré ma mémoire exceptionnelle et la grande quantité d’alcool bue aussi…

Je suis chargée de vous annoncer que le prochain livre choisi par Christophe est « Légendes d’automne » de Jim Harisson (collection 10/18, 7 euros).

La date retenue n’a pas encore été approuvée par tous : il a été question du 6 février mais aussi du 13 février ou même du 6 mars (personnellement ma préférence va au 6 février mais je comprends que ce puisse être tôt).

Jean-Marc, qui a proposé d’héberger, pourrait indiquer quand il est disponible pour aider à fixer une date.

Disons quand même que pour notre dixième édition, on pourra souffler une petite bougie d’anniversaire…

Bonnes lectures à tous!

Muriel alias Randall.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s